Noël et jour de l’an à Pontseng, petit village Sotho à la frontière avec le Lesotho.  Le dernier blanc français passé par là était un évangéliste au 19è siècle. Alors que je m’apprète à rester une dizaine de jours, on me prends pour un prêtre venu ici pour célébrer la messe… 😅 Ce petit village perdu au fin fond du pays est typique et représentatif de ce que l’on trouve en Afrique du Sud.  Les hommes abandonnent leur village de naissance vers 16 ans pour se rapprocher des villes et trouver un travail. Ils ne rentrent dès lors chez eux que 10j par an à l’occasion des fêtes de Noel pour retrouver leur famille et leurs amis. Ce sont donc des villages où ne vivent à l’année que des femmes, leurs enfants et les personnes âgées. Les femmes sont donc celles sur lesquelles repose l’entière vie et organisation du village. A l’occasion du retour des hommes, de nombreux évènements religieux ou non ont alors lieu, comme le rituel de passage des jeunes dans la vie adulte, la préparation des banquets de retrouvailles, et la fête des femmes où celles-ci se retrouvent le temps d’une après midi et d’une soirée, entre elles, à boire et danser. Cette photo a été prise à cette occasion alors que j’étais le seul homme accepté à assister à ce moment magique tout en musique. On peut y voir des femmes épuisées après avoir dansé et bu pendant des heures et seule cette petite fille a encore suffisamment d’énergie pour imprimer le rythme en tapant ensemble 2 boites de légumes vides. Probablement une de mes prises photographiques préférées, de par l’aventure pour arriver à cet endroit là, à ce moment là et cette unique opportunité de partager ces instants de vie au sein de ce clan très soudé. Récompensée à de nombreuses reprises, j’ai eu la chance exceptionnelle d’exposer cette photo un peu partout dans le monde et tout particulièrement lors de la Art Basel de Miami en 2015.
Noël et jour de l’an à Pontseng, petit village Sotho à la frontière avec le Lesotho. Le dernier blanc français passé par là était un évangéliste au 19è siècle. Alors que je m’apprète à rester une dizaine de jours, on me prends pour un prêtre venu ici pour célébrer la messe… 😅 Ce petit village perdu au fin fond du pays est typique et représentatif de ce que l’on trouve en Afrique du Sud. Les hommes abandonnent leur village de naissance vers 16 ans pour se rapprocher des villes et trouver un travail. Ils ne rentrent dès lors chez eux que 10j par an à l’occasion des fêtes de Noel pour retrouver leur famille et leurs amis. Ce sont donc des villages où ne vivent à l’année que des femmes, leurs enfants et les personnes âgées. Les femmes sont donc celles sur lesquelles repose l’entière vie et organisation du village. A l’occasion du retour des hommes, de nombreux évènements religieux ou non ont alors lieu, comme le rituel de passage des jeunes dans la vie adulte, la préparation des banquets de retrouvailles, et la fête des femmes où celles-ci se retrouvent le temps d’une après midi et d’une soirée, entre elles, à boire et danser. Cette photo a été prise à cette occasion alors que j’étais le seul homme accepté à assister à ce moment magique tout en musique. On peut y voir des femmes épuisées après avoir dansé et bu pendant des heures et seule cette petite fille a encore suffisamment d’énergie pour imprimer le rythme en tapant ensemble 2 boites de légumes vides. Probablement une de mes prises photographiques préférées, de par l’aventure pour arriver à cet endroit là, à ce moment là et cette unique opportunité de partager ces instants de vie au sein de ce clan très soudé. Récompensée à de nombreuses reprises, j’ai eu la chance exceptionnelle d’exposer cette photo un peu partout dans le monde et tout particulièrement lors de la Art Basel de Miami en 2015.
Back to Top