Guilhem Ribart
- La photographie est un prétexte pour être là où nous ne devrions pas être -
Quelle notion complexe que le bonheur. Ceux qui ont tout pour l’être sont tristes, ceux qui n'ont rien semblent heureux… Voilà le constat de ce qui allait devenir le fil rouge de ma démarche introspective à travers la photographie et les rencontres. 
Habitant sur Paris, la ville des lumières, je n’ai pourtant jamais vu de ma vie tant de gens semblant tristes et malheureux, m’amenant à m'interroger. 
Puis vint la découverte de l’appareil photographique, le temps de mes premiers voyages en Afrique, la confrontation au dénuement parfois total de certains et pourtant … pourtant… des sourires, de la fraternité, de l’entraide, de la joie, du respect et de la curiosité. 
Nous possédons tout et nous nous sentons vides de l’intérieur. Ils n’ont rien et pourtant ils possèdent tout ce qu’il nous manque….